Alex Crétey Systermans “Mélodie, Denneville (2010)”

"Mini-déesse aussi bleue et blonde que le ciel et le sable à l’arrière-plan, la jeune fille aux paupières rondes intemporelles, cependant chaussée de tongues et portant des bracelets fantaisie bien de son époque, semble hésiter à monter les marches qui séparent le monde marin d’une réalité plus prosaïque…" LIRE LA SUITE

"This miniature goddess who is as blue and blond as the sky and sand behind her, whose heavy eyelids have a timeless appearance, is nevertheless wearing flip-flops and friendship bracelets that are clearly of her time and she seems to be hesitating over whether to climb the steps that lead from the world of the sea to a more prosaic reality…" READ MORE

Selektor Magazine, quarterly collection of web and print photography magazines

Alex Crétey Systermans “Mélodie, Denneville (2010)”

"Mini-déesse aussi bleue et blonde que le ciel et le sable à l’arrière-plan, la jeune fille aux paupières rondes intemporelles, cependant chaussée de tongues et portant des bracelets fantaisie bien de son époque, semble hésiter à monter les marches qui séparent le monde marin d’une réalité plus prosaïque…" LIRE LA SUITE

"This miniature goddess who is as blue and blond as the sky and sand behind her, whose heavy eyelids have a timeless appearance, is nevertheless wearing flip-flops and friendship bracelets that are clearly of her time and she seems to be hesitating over whether to climb the steps that lead from the world of the sea to a more prosaic reality…" READ MORE

Selektor Magazine, quarterly collection of web and print photography magazines

  • "La photographie d’Alex Crétey Systermans ne fait pas semblant de ne pas vouloir nous plaire. C’est d’abord une expérience esthétique. Une partie de ce que véhiculent ses images passe par la finesse des couleurs et du trait et par elle seule. Puis viennent les thèmes, et avec eux la césure entre projets personnels et éditoriaux. D’un côté il s’intéresse à ses proches (Familiar), déambule (Presqu’île, The Month Of Ghosts) et prend son temps (Slowdown), de l’autre il voyage, suit un itinéraire et tient des délais…”

"The photography of Alex Crétey Systermans is primarily an aesthetic experience. A great deal of information is conveyed by the subtlety of the colour and the line and by those alone. Then there are the themes, and with them the divide between personal and editorial work. On one side he portrays his family (Familiar), he wanders (Presqu’île, The Month of Ghosts), he takes his time (Slowdown), on the other he travels, follows an itinerary and keeps to deadlines…”

Selektor Magazine digital issue 1 : Alex Crétey Systermans
  • "La photographie d’Alex Crétey Systermans ne fait pas semblant de ne pas vouloir nous plaire. C’est d’abord une expérience esthétique. Une partie de ce que véhiculent ses images passe par la finesse des couleurs et du trait et par elle seule. Puis viennent les thèmes, et avec eux la césure entre projets personnels et éditoriaux. D’un côté il s’intéresse à ses proches (Familiar), déambule (Presqu’île, The Month Of Ghosts) et prend son temps (Slowdown), de l’autre il voyage, suit un itinéraire et tient des délais…”

"The photography of Alex Crétey Systermans is primarily an aesthetic experience. A great deal of information is conveyed by the subtlety of the colour and the line and by those alone. Then there are the themes, and with them the divide between personal and editorial work. On one side he portrays his family (Familiar), he wanders (Presqu’île, The Month of Ghosts), he takes his time (Slowdown), on the other he travels, follows an itinerary and keeps to deadlines…”

Selektor Magazine digital issue 1 : Alex Crétey Systermans
  • "La photographie d’Alex Crétey Systermans ne fait pas semblant de ne pas vouloir nous plaire. C’est d’abord une expérience esthétique. Une partie de ce que véhiculent ses images passe par la finesse des couleurs et du trait et par elle seule. Puis viennent les thèmes, et avec eux la césure entre projets personnels et éditoriaux. D’un côté il s’intéresse à ses proches (Familiar), déambule (Presqu’île, The Month Of Ghosts) et prend son temps (Slowdown), de l’autre il voyage, suit un itinéraire et tient des délais…”

"The photography of Alex Crétey Systermans is primarily an aesthetic experience. A great deal of information is conveyed by the subtlety of the colour and the line and by those alone. Then there are the themes, and with them the divide between personal and editorial work. On one side he portrays his family (Familiar), he wanders (Presqu’île, The Month of Ghosts), he takes his time (Slowdown), on the other he travels, follows an itinerary and keeps to deadlines…”

Selektor Magazine digital issue 1 : Alex Crétey Systermans

"La photographie d’Alex Crétey Systermans ne fait pas semblant de ne pas vouloir nous plaire. C’est d’abord une expérience esthétique. Une partie de ce que véhiculent ses images passe par la finesse des couleurs et du trait et par elle seule. Puis viennent les thèmes, et avec eux la césure entre projets personnels et éditoriaux. D’un côté il s’intéresse à ses proches (Familiar), déambule (Presqu’île, The Month Of Ghosts) et prend son temps (Slowdown), de l’autre il voyage, suit un itinéraire et tient des délais…”

"The photography of Alex Crétey Systermans is primarily an aesthetic experience. A great deal of information is conveyed by the subtlety of the colour and the line and by those alone. Then there are the themes, and with them the divide between personal and editorial work. On one side he portrays his family (Familiar), he wanders (Presqu’île, The Month of Ghosts), he takes his time (Slowdown), on the other he travels, follows an itinerary and keeps to deadlines…”

Selektor Magazine digital issue 1 : Alex Crétey Systermans

1 2 3 4 5